Salamandre tachetée (La)

Salamandra salamandra (Linnaeus, 1758)



  • 205
    observations

  • 42
    communes

  • 50
    observateurs

  • Première observation
    1989

  • Dernière observation
    2021
Ambroise Lucie - Barraud Remy - Benoit Mariane - Bertrand Nicolas - Boyer Jerome - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - De Feraudy Edwige - Deffrennes Benoit - Demange Guillaume - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Fonderflick Jocelyn - Forestier Thibault - Fort Clément - Gaillard Bernard - Garnier Gilles - Gineste Benoit - Hennebaut David - Herault Emilien - Hopkins Frantz - Jamier Myriam - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Manche Yannick - Meynet Laurie - Parc National Cévennes - Parchoux Franck - Picq Hervé - Quillard Valerie - Redon Maxime - Rombaut Cyril - Roux Pauline - Sulmont Emeric - Thomas Nathalie - Tolphin Jean-claude - Tournaire Armelle - Tyssandier Manon - Valleix Laurette - Vernier Rémi - Zimmerman Samuel

Informations sur l'espèce

La Salamandre tachetée est le plus gros Urodèle de France et peut atteindre 22 cm de long. Elle est facilement reconnaissable par sa peau lisse et brillante, noire avec des grosses tâches jaunes. Elle est présente principalement dans les bocages et les boisements de feuillus de plaine et d’altitude. La période d'accouplement dure d'avril à septembre avec un pic d'activité en juillet. Dans le Parc national des Cévennes, elle est visible toute l’année au stade adulte comme larvaire.
C'est une espèce largement répandue en Europe, sauf dans les îles méditerranéennes, les îles britanniques et en Scandinavie où l’espèce est absente. La Salamandre tachetée serait en déclin dans de nombreuses régions de France comme en Champagne-Ardennes et aurait complètement disparue dans les landes de Gascogne. Dans le Parc national des Cévennes, elle est encore relativement abondante. On la rencontre dans toutes les zones géographiques et à toutes les altitudes (de 123 m à 1 559 m sur le Mont-Lozère), à l’exception du plateau du Causse Méjean où l’espèce n’a jusqu'ici pas été contactée. Néanmoins, elle a été observée à plusieurs reprises dans les zones de sources des gorges du Tarn et du Tarnon et de la Jonte. Le Parc national des Cévennes participe à une veille sanitaire sur cette espèce. En effet, un champignon (Batrachochytrium salamandrivorans) extrêmement pathogène pour la Salamandre tachetée provoque des ulcérations cutanées. Ces altérations importantes de l’épiderme affectent les fonctions vitales de la peau et ont pour conséquence la mort des individus infectées en deux à trois semaines. Cette espèce est également fortement menacée par la circulation routière et il n'est pas rare de voire parfois sur les routes de nombreux individus écrasés, notamment lors d'épisodes pluvieux à l'automne et au printemps.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Lacerta salamandra Linnaeus, 1758 | Salamandra maculata Schrank, 1786 | Salamandra maculosa Laurenti, 1768 | Salamandra vulgaris Cloquet in Lerrault, 1827 | Triton corthyphorus Wagler, 1820

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles