Mésange à longue queue

Aegithalos caudatus (Linnaeus, 1758)


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Aegithalidae Genre : Aegithalos
Chargement...

  • 411
    observations

  • 78
    communes

  • 67
    observateurs
    1
    organisme

  • Première observation
    1970

  • Dernière observation
    2024
Barraud Remy - Baty Stéphane - Belier Laurent - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Boyer Jerome - Broussignac Thomas - Buchert Julien - Chapelle Brigitte - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Cuénin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Devevey Caroline - Dinocheau Emmanuel - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Esculier Carine - Fabre Jean-marie - Fonderflick Jocelyn - Forestier Thibault - Garlenc Jean-christian - Garnier Gilles - Gineste Benoit - Gueniot Pierre - Guerin Hubert - Guillosson Jean-yves - Guitton Aude - Guyonvarch Marine - Hennebaut David - Herault Emilien - Herrera Antoine - Jamier Myriam - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Laniece Manon - Lenganey Denis - Lucas Philippe - Maccagno Yves - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Martin Patrice - Meynet Laurie - Molto Jerome - Palmer Eric - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Ricau Bernard - Riffard Sigrid - Rombaut Cyril - Seon Jean - Soliveres Jordi - Sulmont Emeric - Taris Jean Paul - Thomas Nathalie - Tisne Jean-michel - Torreilles Gérard - Tyssandier Manon - Valentine Aumont - Valerie Quillard - Vernier Rémi - Zimmerman Samuel
  • Parc National des Cévennes
    Participation à 395 Observations
    Part d'aide à la prospection : 96.11 %

    Fiche organisme

Informations espèce

La Mésange à longue queue ne fait pas proprement partie de la famille des mésanges, tant par sa biologie ( nid, jeunes, nourriture) que par son apparence. Originale par son petit corps rondelet, sa taille de seulement 13 cm dont 7 pour la queue très fine, ses plumes soyeuses et son bec minuscule composent une silhouette unique et la reconnaître n’offre aucune difficulté. Cette espèce très active est observable souvent en groupes de 5 à 15 individus virevoltant parmi les arbres et les buissons, poussant leurs petits cris aigus, fins,roulés et caractéristiques.
Cette mésange montre une répartition sur tout le continent eurasiatique, de l’Europe occidentale jusqu’au Japon dans une frange forestière tempérée et nordique. La Mésange à longue queue est une espèce polytypique et plusieurs sous-espèces se partagent cet espace. Sur le territoire du PNC, et en France principalement, c’est la sous-espèce A. caudatus europaeus qui est présente et, qui malgré quelques mouvements d’erratisme probables, peut être considérée comme assez sédentaire. Au nord, en Scandinavie, Pologne et Russie, la sous-espèce A. caudatus caudatus montre des mouvements migratoires plus nets vers le sud durant la période hivernale ; elle se distingue de notre sous-espèce locale par sa tête blanche. La Mésange à longue queue, très grégaire, est le plus souvent notée en petites troupes à l’exception de la période de reproduction, construction des nids, incubation et élevage des poussins, où seuls des oiseaux isolés ou par couples se manifestent. Chez cette espèce, les couples semblent se cantonner très tôt sur leur territoire : dès le mois de février, en témoignent les poursuites qui président à la formation des couples, et les premières constructions de nid sont signalées dès le 14 février à basse altitude en Cévennes. Mais cette activité, sur la majeure partie du Parc, montre un pic en mars. Des femelles en activité de couvaison, reconnaissables à leur queue arrondie en « faucille », sont notées entre le 12 avril et le 16 mai. Puis, des nids occupés, nourrissage entre adultes ou d’adultes à poussins, sont signalés entre le 21 avril et le 02 juin et les premiers nourrissages de juvéniles, juste sortis du nid, à partir du 12 mai. C’est ensuite à partir de la mi-mai que les regroupements familiaux se remarquent, d’abord localisés sur les sites de reproduction. Courant juin, ces familles quittent leurs territoires et les rassemblements interfamiliaux se dispersent en ronde caractéristiques comme ce groupe d’au moins 20 individus dès le 24 juin 2017 près de Thoiras (Gardon de Saint-Jean-du-Gard). L’espèce devient ensuite erratique, du mois d’août jusqu’en hiver, mais plusieurs observations montrent que des petites bandes peuvent exploiter, plusieurs jours durant, une ressource alimentaire localisée. Quelques observations témoignent de mouvements s’apparentant à une véritable migration, notamment en septembre et octobre, et les rassemblements mixtes avec d’autres mésanges, roitelets ou tarins en période hivernale sont fréquents. Trois contacts avec la sous-espèce nordique sont signalés les 07 et 11 février 2011 (5 et 3 individus respectivement) et le 06 avril 2017 (1 individu)
Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Aegithalos caudatus aremoricus Whistler, 1929 | Aegithalos caudatus caudatus (Linnaeus, 1758) | Aegithalos caudatus europaeus (Hermann, 1804) | Aegithalos caudatus italiae Jourdain, 1910 | Aegithalos caudatus taiti Ingram, 1913 | Aegithalos caudatus tyrrhenius Parrot, 1910 | Parus caudatus Linnaeus, 1758 | Pipra ? europaea Hermann, 1804

Audio (1)


Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit - XC114614.ogg

CC-BY-SA-3.0 (Wikimedia Commons)
Auteur: Jonathon Jongsma

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles