Chargement...

  • 1 074
    observations

  • 49
    communes

  • 87
    observateurs
    1
    organisme

  • Première observation
    1900

  • Dernière observation
    2024
Ambroise Lucie - Ausset Alain - Barraud Remy - Benoit Mariane - Bernier Bernard - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Bonnet Jean - Boyer Jerome - Brien Yves - Chapelle Brigitte - Chatellier Andréa - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Devevey Caroline - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fivel Agathe - Florent Lacoste - Fonderflick Jocelyn - Forestier Thibault - Fort Clément - Franck Duguépéroux - Garlenc Jean-christian - Garnier Gilles - Gautier Grégoire - Gineste Benoit - Gueniot Pierre - Guitton Aude - Hache Sébastien - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Herrera Antoine - Holstein Véronique - Hugonnet Serge - Isabelle Malafosse - Jamier Myriam - Jean Bonnet - Jean-pierre Malafosse - Julien Arnaud - Jys Michel - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lamarche Béatrice - Lamy Gérard - Laniece Manon - Laurents Guilhem - Legros Régis - Lucas Philippe - Majourel Adrien - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Manche Yannick - Marie Julien - Martin Evan - Martin Patrice - Meynet Laurie - Molto Jerome - Moschetti Maily - Patrice Martin - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Plombat Jean-victor - Portalier Johann - Quillard Valerie - Riffard Sigrid - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Sagnard Emmanuelle - Sane Fabien - Soliveres Jordi - Sulmont Emeric - Tisne Jean-michel - Torreilles Gérard - Tournaire Armelle - Tremauville Y - Tyssandier Manon - Valerie Quillard - Vernier Rémi
  • Parc National des Cévennes
    Participation à 1037 Observations
    Part d'aide à la prospection : 96.55 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Ce qui caractérise au premier coup d’oeil ce petit passereau d’une taille supérieure au moineau, c’est sa posture de sentinelle, juchée sur un buisson épineux où sur une ligne électrique. Le mâle vêtu d’une poitrine blanc-rosé éclatant, une tête ronde, grise avec un large bandeau noir sur l’oeil, un bec crochu et un dos roux suivi d’une longue queue noire bordée de blanc. Nous voilà en présence du mâle de cette espèce. Nettement moins contrasté le plumage de la femelle est d’un brun terne, une calotte grise, une poitrine blanc-cassé (marquée en écailles) et elle possède un trait sourcilier brun. Les juvéniles sont semblables à la femelle.
Espèce des contrées eurasiatiques occidentales et tempérées en nidification estivale, la Pie-grièche s’en va hiverner dans le sud-est du continent africain. Largement répandue en France, elle est particulièrement commune en Lozère et bien représentée dans tous les habitats semi-ouverts avec un piqueté buissonnant ou des haies basses en milieux bocagers. Sur le territoire du PNC, les parcours utilisés par l’élevage extensif où alternent landes broussailleuses et pelouses rases représentent un milieu particulièrement favorable à cette espèce en période de nidification. La Pie-grièche écorcheur est plutôt un migrateur tardif qui, par la voie orientale méditerranéenne, ne revient d’Afrique que dans la première décade de mai en moyenne. Quelques retours plus précoces, dès la fin du mois d’avril comme le 28 avril, en 2015 à Mas-Saint-Chély (Causse Méjean), le 27 avril, en 2016 à La Condamine (Causse Méjean) et même le 20 avril, en 2018 près du Bleymard. Ces premières observations précoces en avril ont tendance à devenir plus fréquentes ces dernières années. Au contraire, certaines années, les retours peuvent être freinés par des conditions météorologiques défavorables et les premiers oiseaux ne se manifestent guère avant le 10 mai. Dès leur retour, les couples locaux se cantonnent aussitôt sur leurs sites habituels et manifestent sans tarder des comportements territoriaux, notamment à l’égard de congénères encore en transit migratoire, révélant ainsi un passage prénuptial qui reste discret par ailleurs. Si l’altitude optimale de l’espèce en nidification se situe dans l’étage montagnard, soit entre 900 m à 1100 m (sur l’ensemble des données gardoises et lozériennes – Faune-LR), l’espèce est observée nicheuse dès 230 m, près du Vigan en août 2005, et un couple nourrit une nichée le 11 août 2013 au- dessus des Sagnes (Mont Lozère) à près de 1300 m d’altitude. Les premières constructions de nid sont notées dans les derniers jours de mai (29 mai et 30 mai en 2011), un premier nid avec 5 œufs le 12 juin, en 1991 à Lanuéjols, et des poussins ou des juvéniles nourris hors du nid sont rapportés en nombre de contacts à peu près équivalents sur les mois de juin (24 données), juillet (30 données) et août (27 données). Une ultime donnée, datée du 03 septembre 2016 à La Fajole (Causse Méjean), signale une nichée de 2 poussins juste hors du nid quémandant de la nourriture auprès d’un adulte. Nichée pour le moins tardive puisque les Pies-grièches écorcheurs se retirent discrètement de nos paysages caussenards et cévenols dès la dernière décade d’août. Les derniers oiseaux sont signalés dans le 117 courant de septembre mais les présences tardives dans le courant de ce mois semblent plus fréquentes ces dernières années : aucune date au-delà du 10 septembre n’est rapportée jusque dans les années 2010, tandis que dans la dernière décennie écoulée, dix dates ultimes se situent au-delà du 10 septembre et pour les cinq dernières années, quatre dates vont même au-delà du 15 septembre : dates extrêmes, le 25 septembre 2013 à Vébron et le 26 septembre 2016 à Bassurels. Certes, la pression d’observation, notamment avec la mise en place de différents protocoles de suivis faunistiques, a pu favoriser et augmenter les probabilités de contacts mais ces départs plus tardifs sont observés par ailleurs à une échelle locale et nationale : une Pie-grièche écorcheur mâle a séjourné en halte migratoire près de Marvejols jusqu’au 29 novembre 2020 ! Cette espèce pourrait bien être concernée, à l’avenir, dans son statut phénologique influencé par l’évolution climatique actuelle.
Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Lanius collurio collurio Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles