Grenouille rousse (La)

Rana temporaria Linnaeus, 1758



  • 314
    observations

  • 28
    communes

  • 48
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2021
Ambroise Lucie - Baffie Philippe - Barraud Remy - Belier Laurent - Bernard Axel - Bertrand Nicolas - Boyer Jerome - Bruce Nicolas - Buchert Julien - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dessoliers Eric - Devevey Caroline - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Fonderflick Jocelyn - Fort Clément - Gaillard Bernard - Gineste Benoit - Guyonvarch Marine - Hennebaut David - Herault Emilien - Hopkins Frantz - Jamier Myriam - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Lefebvre Siméon - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Meynet Laurie - Moschetti Maily - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Rombaut Cyril - Sulmont Emeric - Tournaire Armelle - Tremauville Y - Tyssandier Manon - Vernier Rémi - Wettstein Juliette - Zimmerman Samuel

Informations sur l'espèce

La Grenouille rousse est une espèce d’amphibiens de la famille des Ranidae. Elle mesure entre 50 et 65 mm. La femelle est plus grosse que le mâle. Son corps est trapu, le museau très arrondi, un œil doré à la pupille horizontale. Le tympan est très visible et inclus dans une tâche sombre. Elle possède deux lignes noires sur le dos. La coloration de son corps peut varier. Généralement, le dessus du corps est de couleur jaune-rouge à brun-noir. Elle fréquent différents types d’habitats humides : bois, landes, dépressions prairiales, terres cultivées, parcs et jardins.
La Grenouille rousse est observée principalement dans les secteurs d’altitude sur le territoire du Parc national des Cévennes. Elle atteint 1678 m sur les crêtes du Mont-Lozère (donnée du 30/06/2011) et est rarement observée en dessous de 900 m d’altitude. Néanmoins, elle a été observée à basses altitudes à 315 m sur la commune d’Aujac (le 05/06/2017). La Grenouille rousse est présente sut le massif du Mont-Lozère, de l’Aigoual et des Vallées Cévenoles mais semble absente dans les secteurs calcaires du Causses Méjean et Sauveterre. On la rencontre toutefois dans les zones de contacts avec le granite. La pêche intensive dont elle à fait l'objet et les anciens drainages des zones humides ont contribué localement à faire régresser ces populations.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Rana alpina Risso, 1827 | Rana rufa Lacepède, 1788 | Rana temporaria gracilis Koch, 1872

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles