• 326
    observations

  • 40
    communes

  • 68
    observateurs

  • Première observation
    1981

  • Dernière observation
    2020
Ambroise Lucie - Argoud Philippe - Ausset Alain - Barraud Remy - Benoit Mariane - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Boyer Jerome - Brianceau Lucille - Chatellier Andréa - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Dallard Roland - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dilhan Pierre - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Fonderflick Jocelyn - Fort Clément - Garlenc Jean-christian - Gautier Grégoire - Giral Cedric - Grandadam Jimmy - Guitton Aude - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Herrera Antoine - Jamier Myriam - Jean Bonnet - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lamarche Béatrice - Laniece Manon - Laurent Ghislaine - Legros Régis - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Manche Yannick - Martin Patrice - Mauvais M - Meynet Laurie - Molto Jerome - Moreau Michel - Moschetti Maily - Peguet Gilles - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Rombaut Cyril - Roumejon Thierry - Sagnard Emmanuelle - Sane Fabien - Sulmont Emeric - Tabone Laure - Tisne Jean-michel - Torreilles Gérard - Tournaire Armelle - Valleix Laurette - Vernier Rémi - Zimmerman Samuel

Informations sur l'espèce

Le Vautour fauve est un rapace nécrophage de la famille des Accipitridae. Il possède une envergure de 2,60 m en moyenne pour un poids de 9 kg. Sa longueur varie de 95 à 110 cm. Le Vautour fauve peut vivre environ 40 ans. Il présente un long cou et d’une tête dotés de duvet. S'ils étaient emplumés ils se saliraient trop lors des curées, à l'inverse une peau nue rendrait difficile le nettoyage, le duvet permet d'effriter facilement le sang séché et donc d'améliorer l'hygiène de l'oiseau. Leur bec permet d’arracher les muscles et les viscères des carcasses. Le Vautour fauve est un oiseau utilisant les courants ascendants thermiques pour planer et peut parcourir ainsi des centaines de kilomètres à la recherche de nourriture. C’est un animal grégaire qui vit en colonie.
Disparue des Causses dans les années 1930, le Vautour fauve a fait l’objet d'un projet de réintroduction à l’initiative du Fonds d’Intervention pour les Rapaces en partenariat avec le Parc national des Cévennes, dans le années 70. Actuellement, la Vautour fauve est bien installé avec de forts effectifs et est nicheur dans les Gorges de la Tarn et de la Jonte. Lors de ces recherches alimentaires, on peut l’observer fréquemment sur l’ensemble des Causses Méjean, de Sauveterre, et Noir. Des individus sont aussi régulièrement observés sur le massif du Mont-Lozère. Sur la commune de Saint-Pierre-des-Tripiers, un effectif de 250 individus a été dénombré lors d’une curée (le 20/02/2016). La conservation de cette espèce est liée à la protection des falaises qui servent à sa reproduction et au maintien du pastoralisme extensif car le Vautour fauve est très dépendant de l’élevage ovin notamment.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Vultur fulvus Hablizl, 1783

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles