Lièvre d'Europe

Lepus europaeus Pallas, 1778

Classe : Mammalia Ordre : Lagomorpha Famille : Leporidae Genre : Lepus

  • 392
    observations

  • 33
    communes

  • 63
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2020
Alcaix Gérard - Anglio Gregory - Argoud Philippe - Ausset Alain - Baret Richard - Barraud Remy - Beaury Pascal - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Boyer Jerome - Brianceau Lucille - Bruc Yves - Bruce Nicolas - Camviel Roland - Cendrier Kisito - Chautard Michel - Cuenin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Fonderflick Jocelyn - Fort Clément - Foubert Dominique - Gineste Benoit - Grandadam Jimmy - Gueniot Pierre - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Jamier Myriam - Jendoubi Samy - Lamarche Béatrice - Laniece Manon - Laurents Guilhem - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Malgouyres Louis - Mauvais M - Melet Didier - Meynet Laurie - Molto Jerome - Moschetti Maily - Nappee Christian - Parchoux Franck - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Reversat Lucien - Ricau Bernard - Rival Andre - Rombaut Cyril - Rousset Christian - Sagnard Emmanuelle - Seon Jean - Sulmont Emeric - Tabone Laure - Tremauville Y - Zimmerman Samuel

Informations sur l'espèce

Le Lièvre d’Europe (Lepus europaeus) est un mammifère, de la famille des léporidés. Il ressemble au lapin mais il est beaucoup plus grand, ses oreilles sont plus longues, leurs extrémités, ainsi que le dessus de la queue, sont noirs. Le lièvre pèse 3.8 kg en moyenne, contre 1.4kg pour le lapin de garenne. La saison de reproduction s’étale de décembre à aout. La gestation dure 41 jours et une femelle porte environ cinq fois par an un à trois levrauts sevrés entre trois et cinq semaines. Les jeunes femelles nées en début d’année (avant début mai) peuvent donc avoir jusqu’à deux portées au cours de l’été qui suit immédiatement leur naissance. Les jeunes naissent sans protection particulière, directement déposés à la surface du sol.
Le lièvre mange avant tout des graminées issues des prairies naturelles et des banquettes herbeuses ou d’autres cultivées, dont il aime choisir les parties les plus riches. Parfois, il consomme aussi des fruits, des graines, des racines (betteraves) ou des pousses d’arbres et d’arbustes, en particulier durant les forts enneigements. Il boit peu. L’espèce est extrêmement plastique à l’égard du climat et de l’habitat et occupe une vaste gamme de milieux, dès lors que ceux-ci sont suffisamment ouverts et non saturés d’eau. Le lièvre ne montre jamais de comportement territorial Espèce essentiellement nocturne, le lièvre passe la plus grande partie du jour au repos dans un gîte, simple dépression dans le sol, dont il change souvent d’un jour à l’autre. Dès le crépuscule, il rejoint ses congénères sur les champs dégagés. Le lièvre est une espèce très sociable, à tendance grégaire. Les groupes de lièvres souvent de l’ordre de 2 à 6 individus, mais quelquefois jusqu’à 12-15 et plus Le lièvre d’Europe est une espèce originaire des steppes qui a très largement profité de l’ouverture des paysages par l’homme et de l’extension de ses cultures. Il occupe presque toute l’Europe, au sud du 64ème parallèle, à l’exception du sud de l’Espagne et du sud de l’Italie. On trouve le lièvre depuis le niveau de la mer jusqu’en montagne vers l’altitude de 2000 m. Dans le parc national des Cévennes (PNC) il est chassable à raison d’un lièvre par jour et par personne pendant la saison, sauf dans les zones de tranquillité du petit gibier. Il est bien représenté sur tous les massifs à toutes les altitudes depuis le mont Aigoual et le Mont- Lozère jusqu’au Vigan et Génholac. S’il préfère les champs et la plaine plutôt que les bois et l’altitude cela ne pourrait être déduis des données recueillies sur le PNC, On trouve ses empreintes dans la neige à chaque sortie hivernale.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Lepus capensis auct. | Lepus capensis europaeus | Lepus cyanotis Blanchard, 1957 | Lepus europaeus creticus Barret-Hamilton, 1903 | Lepus europaeus cyprius Barret-Hamilton, 1903 | Lepus europaeus ghigii de Beaux, 1927 | Lepus europaeus mediterraneus Wagner, 1841 | Lepus hispanicus | Lepus hybridus | Lepus karpathorum | Lepus meridionalis | Lepus occidentalis | Lepus parnassius | Lepus pyrenaicus | Lepus tesquorum | Lepus transsylvanicus

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles