Cerf élaphe

Cervus elaphus Linnaeus, 1758



  • 1 963
    observations

  • 37
    communes

  • 73
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2020
Alcaix Gérard - Ambroise Lucie - Anglio Gregory - Argoud Philippe - Barraud Remy - Baty Stéphane - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Bonnet Jean - Boyer Jerome - Breton François - Brianceau Lucille - Bruc Yves - Bruce Nicolas - Bruel Claude - Chatellier Andréa - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Sandrine - Digier Marion - Dissac Yann - Dufor Cecile - Empain Marc - Fabre Jean-marie - Forge Sandrine - Fort Clément - Foubert Dominique - Gineste Benoit - Grandadam Jimmy - Gueniot Pierre - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Hugonnet Serge - Jamier Myriam - Jendoubi Samy - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lacroix André - Lamarche Béatrice - Laurents Guilhem - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Malgouyres Louis - Melet Didier - Meynet Laurie - Milhau François - Molto Jerome - Nappee Christian - Parchoux Franck - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Reversat Lucien - Richardier Yves - Rival Andre - Rombaut Cyril - Roux Pauline - Sagnard Emmanuelle - Seon Jean - Sulmont Emeric - Tabone Laure - Tabusse Savinien - Thomas Nathalie - Tisne Jean-michel - Trescartes Jean-louis - Vernier Rémi

Informations sur l'espèce

Le cerf élaphe est le plus grand herbivore de nos forêts. Sa taille est de 1m 40 au garrot et son poids varie de 150 à 260 kg pour le mâle et de 130 kg pour la femelle (la biche). Le dimorphisme sexuel est très marqué chez cette espèce, la femelle ne porte pas de bois, alors que le mâle arbore fièrement sa ramure à la saison des amours. Les deux sexes portent une tache fessière ocre caractéristique. La gestation dure environ huit mois et le jeune appelé faon est d’un pelage roussâtre tacheté de blanc. Les bois du cerf de production osseuse tombent et repoussentchaque année.
Cette espèce a bénéficié d’un renforcement de population afin de soutenir des effectifs jugés trop faibles dans les années 1970. Des animaux en provenance principalement du parc de Chambord, mais également de l’est de l’Europe, d’Autriche et d’Angleterre ont été relâchés, permettant à l’espèce un brassage génétique important . Bénéficiant de conditions très favorables (tranquillité et milieux accueillants) sur le Mont-Lozère, l’Aigoual, le Bouges et les Cévennes, cette population s’ est développée jusqu’à devenir l’une des plus belles de France. Le cerf est maintenant présent partout en bonnes densités et à toutes les altitudes sur le territoire du Parc et de sa zone d’adhésion, à l’exception des plateaux des Causses où il est moins représenté. La saison des amours (le brame) s’étale de début septembre à la mi-octobre. Cette espèce est soumise sur le Parc national des Cévennes, à un plan de chasse réajusté chaque année.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Cervus albicus Matschie, 1907 | Cervus albifrons Reichenbach, 1845 | Cervus albus Desmarest, 1822 | Cervus atlanticus Lönnberg, 1906 | Cervus balticus Matschie, 1907 | Cervus elaphus brauneri Charlemagne, 1920 | Cervus elaphus carpathicus Tatarinov, 1956 | Cervus elaphus tauricus Fortunatov, 1925 | Cervus germanicus Desmarest, 1822 | Cervus hippelaphus Erxleben, 1777 | Cervus hispanicus Hilzheimer, 1909 | Cervus mediterraneus de Blainville, 1822 | Cervus minor Wagner, 1855 | Cervus montanus Botezat, 1903 | Cervus neglectus Matschie, 1912 | Cervus rhenanus Matschie, 1907 | Cervus saxonicus Matschie, 1912 | Cervus scoticus Lönnberg, 1906 | Cervus typicus Lydekker, 1898 | Cervus varius Fitzinger, 1874 | Cervus vulgaris Botezat, 1903

Audio (1)


Red Deer (Cervus elaphus) (W1CDR0001424 BD3).ogg

CC-BY-SA-4.0 (Wikimedia Commons)
Auteur: Ndalyrose

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles