Bruant ortolan

Emberiza hortulana Linnaeus, 1758


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Emberizidae Genre : Emberiza

  • 453
    observations

  • 16
    communes

  • 51
    observateurs

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2020
Ambroise Lucie - Barraud Remy - Baty Stéphane - Bernier Bernard - Bertrand Nicolas - Boyer Jerome - Brien Yves - Bruce Nicolas - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Cuenin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dissac Yann - Fonderflick Jocelyn - Franck Duguépéroux - Garlenc Jean-christian - Gineste Benoit - Guillosson Jean-yves - Hennebaut David - Herault Emilien - Herrera Antoine - Jamier Myriam - Jean Bonnet - Jeannin Bastien - Jys Michel - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lamarche Béatrice - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Marie Julien - Martin Patrice - Molto Jerome - Moschetti Maily - Palmer Eric - Patrice Martin - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Sane Fabien - Seon Jean - Sulmont Emeric - Tisne Jean-michel - Tremauville Y

Informations sur l'espèce

Le Bruant ortolan est un passereau de la famille des Embérizidés. C’est un petit oiseau mesurant entre 16 et 16,5 cm de long. Son poids varie entre 19 et 27 g. Le mâle a le dessous du corps rosâtre, la poitrine et la tête verdâtre, la gorge jaune, et le dos brun-roux, le bec rose à marron et les pattes roses à brun jaune. Un cercle orbital jaune entoure chaque œil. La femelle est plus terme que le mâle. Le Bruant ortolan fréquente les zones rocheuses, dans les fourrés, les vergers, les prairies, les champs jusqu’à 2000 m d’altitude.
Le Bruant ortolan est une espèce encore bien présente sur les différents massifs du Parc bien que l'on observe aussi localement une régression de ces effectifs. Sa distribution n'est toutefois pas homogène. Il est le plus souvent présent en agrégat de quelques mâles chanteurs dont une forte proportion de mâles non appariés. Dans le Parc national des Cévennes, il occupe les pelouses piquetées de Buis ou de Genévrier des Causses ainsi que les landes à Genet du Mont-Lozère et de l'Aigoual. Cet oiseau se nourrissant au sol de graines et de petits invertébrés, la présence de sol nu est un élément déterminant de son habitat. Quelques individus sont visibles sur les massifs des Basses Cévennes et de l’Aigoual notamment sur le Causse noir, les Gorges de la Dourbie, et vers le col de Porte.. Migrateurs trans-saharien, les premiers oiseaux sont observés au printemps vers la fin avril (date la plus précoce le 23/04/2015) à Blandras (hors zone d’adhésion du parc) mais la plupart des oiseaux arrive durant la première décade de mai. Le départ en migration mi-août jusqu’à la mi- septembre (date la plus tardive) le 23/09/2016.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles