Bruant zizi

Emberiza cirlus Linnaeus, 1766


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Emberizidae Genre : Emberiza
Chargement...

  • 356
    observations

  • 55
    communes

  • 53
    observateurs
    1
    organisme

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2024
Ambroise Lucie - Bernier Bernard - Bertrand Nicolas - Boyer Jerome - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuénin Christophe - De Feraudy Edwige - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fonderflick Jocelyn - Forestier Thibault - Franck Duguépéroux - Garnier Gilles - Gautier Grégoire - Gineste Benoit - Guerin Hubert - Guillosson Jean-yves - Guyonvarch Marine - Hennebaut David - Herault Emilien - Herrera Antoine - Isabelle Malafosse - Jamier Myriam - Julien Arnaud - Jys Michel - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Legros Régis - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Marie Julien - Martin Patrice - Meynet Laurie - Molto Jerome - Patrice Martin - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Riffard Sigrid - Rombaut Cyril - Selosse Lucie - Sulmont Emeric - Tyssandier Manon - Vernier Rémi - Zimmerman Samuel
  • Parc National des Cévennes
    Participation à 342 Observations
    Part d'aide à la prospection : 96.07 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Non renseigné pour le moment
Le Bruant zizi est le plus sédentaire des bruants, réparti principalement dans les régions tempérées sous influences atlantiques et méditerranéennes depuis les pays du Maghreb, en Europe occidentale et continentale ainsi qu’en Europe du Sud-Est, et jusqu’en Turquie. En France, le Bruant zizi se reproduit sur tout le territoire à l’exception des secteurs d’altitude ainsi que d’une frange nordique. Sédentaire dans les régions de plaines et de collines, il est migrateur partiel plus au nord et transhumant dans les secteurs de montagnes où il peut monter en altitude certaines années quand les conditions climatiques sont plus favorables. Il en est de même sur le territoire du PNC. Le Bruant zizi est noté toute l’année mais 202 les nicheurs en altitude descendent l’hiver dans les vallées. Cette espèce présente l’originalité de chanter tous les mois de l’année mais les mâles affirment leur territorialité surtout entre mars et juillet. Si l’on considère les chanteurs comme reproducteurs durant cette période, et en ajoutant tous les autres indices de reproduction signalés dans la base, l’altitude moyenne des 728 données en nidification est de 662 m, entre les extrêmes de 130 m et 1200 m, les deux-tiers des données étant groupées entre 416 m et 895 m d’altitude. Cependant, l’espèce est notée au chant, mais ponctuellement et sans suite jusqu’à 1550 m sur l’Aigoual et seulement 1350 m sur les pentes du Mont Lozère. Au printemps, les premiers chants sont détectés, ici et là, vers la fin février mais des oiseaux encore rassemblés en troupes hivernales sont notés jusqu’au-delà de la mi-mars : 17 individus ensemble le 02 mars 2014 au-dessus de Bagnols-les-Bains à 1032 m d’altitude dans la haute vallée du Lot et encore 30 individus ensemble le 17 mars 2015 près de Causse-Bégon sur le Causse Noir à 870 m. Le cantonnement des couples a lieu en mars à faible altitude et plutôt en avril plus haut sur les plateaux. Hôte typique des paysages bocagers plantés de haies, de landes arbustives ou de garrigues, cette espèce établit son nid dans les buissons et reste assez discrète pendant la nidification. Une première nichée envolée est signalée précocement dès le 30 avril sur le Causse Méjean (commune de la Malène) mais la plupart des données de reproduction donnent des comportements d’alarme à partir du 10 mai, des nids occupés entre le 05 mai et le 29 juillet (3 occurrences en mai, 9 en juin – dont un nid contenant 5 œufs un 18 juin – et 6 en juillet) et des juvéniles hors du nid, mais encore nourris par les parents, entre les 02 juin et 24 août (4 occurrences en juin, 3 en juillet et 4 en août). Il est probable que, pour ces dernières dates tardives, il s’agisse de deuxièmes nichées. Puis des troupes familiales sont fréquentes en août et des regroupements de plus d’une dizaine d’oiseaux sont notés à partir de la dernière décade d’août. Ces petites bandes erratiques sont signalées courant septembre et un léger passage migratoire est sensible entre octobre et novembre si l’on en juge aux troupes qui grappillent dans les chaumes et les friches. A ce propos, soulignons que la mixité des troupes à cette saison, des Bruant zizi et Bruant jaune, est parfois rapportée. En hiver, selon les aléas météorologiques, et surtout la persistance de l’enneigement, les troupes du Bruant zizi descendent dans les vallées du piémont des Cévennes ou continuent de séjourner sur les plateaux : 25 individus le 18 décembre, en 2011 près d’Alzon à 715 m d’altitude, ou bien encore 25 le 09 janvier, en 2017 près de Causse-Bégon à 876 m pour la plus haute troupe hivernale signalée
Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Emberiza cirlus cirlus Linnaeus, 1766 | Emberiza cirlus nigrostriata Schiebel, 1910

Audio (1)


Cirl Bunting (Emberiza cirlus) (W1CDR0001391 BD17).ogg

CC-BY-SA-4.0 (Wikimedia Commons)
Auteur: Ndalyrose

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles