Grive draine

Turdus viscivorus Linnaeus, 1758


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Turdidae Genre : Turdus

  • 1 153
    observations

  • 55
    communes

  • 59
    observateurs

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2020
Baconnet Mathieu - Barraud Remy - Baty Stéphane - Bernier Bernard - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Bonnet Roger - Boyer Jerome - Bruc Yves - Bruce Nicolas - Bélier Laurent - Chenard Michaël - Costes Geraldine - Cuénin Christophe - David Pierre-antoine - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Fonderflick Jocelyn - Foubert Dominique - Franck Duguépéroux - Gineste Benoit - Grandadam Jimmy - Guerin Hubert - Guillosson Jean-yves - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Herrera Antoine - Isabelle Malafosse - Jamier Myriam - Jean Bonnet - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Martin Patrice - Meynet Laurie - Molto Jerome - Moschetti Maily - Patrice Martin - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Ricau Bernard - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Rousteau Typhaine - Sulmont Emeric - Taris Jean Paul - Tisne Jean-michel - Tremauville Y - Zimmerman Samuel

Informations sur l'espèce

La Grive draine est un oiseau de la famille des Turdidés. C'est la plus grande de nos grives. Son poids maximal approche 140 g. Son dos est gris-brun, et son ventre beige-clair ponctué de nombreux gros points noirs. Sa tête élancée est marquée par de gros yeux foncés et un bec puissant. On peut la confondre avec la grive musicienne (plus petite/ 60 g)) , mais le chant est différent.
On peut l'observer en sous-bois, sautillant lourdement dans les feuilles mortes, à la recherche des vers et autres invertébrés. Les graines sont également au menu, ainsi que les fruits et les baies. En hiver, elle est souvent en bande avec la grive litorne, dans les haies et sur les lisières forestières. Sur le territoire du Parc National des Cévennes, elle est présente un peu partout et toute l'année. On va la retrouver au sommet du Mont Lozère à 1697 m, pour descendre à 123 m près d'Anduze en basses Vallées Cévenoles.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Turdus viscivorus deichleri Erlanger, 1897 | Turdus viscivorus reiseri Schiebel, 1911 | Turdus viscivorus viscivorus Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles