Accenteur mouchet

Prunella modularis (Linnaeus, 1758)


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Prunellidae Genre : Prunella
Chargement...

  • 890
    observations

  • 53
    communes

  • 60
    observateurs
    1
    organisme

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2024
Ambroise Lucie - Barraud Remy - Baty Stéphane - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Boyer Jerome - Bruce Nicolas - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Cuénin Christophe - David Pierre-antoine - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dissac Yann - Fabre Jean-marie - Florent Lacoste - Fonderflick Jocelyn - Franck Duguépéroux - Garde Maxence - Gineste Benoit - Grandadam Jimmy - Guerin Hubert - Guillosson Jean-yves - Guitton Aude - Hennebaut David - Herault Emilien - Isabelle Malafosse - Jamier Myriam - Jean Bonnet - Jean-pierre Malafosse - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lamarche Béatrice - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Marie Julien - Martin Patrice - Meynet Laurie - Molto Jerome - Moschetti Maily - Palmer Eric - Patrice Martin - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Ricau Bernard - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Rousteau Typhaine - Sulmont Emeric - Taris Jean Paul - Tisne Jean-michel - Tremauville Y - Tyssandier Manon - Valerie Quillard - Vernier Rémi - Zimmerman Samuel
  • Parc National des Cévennes
    Participation à 856 Observations
    Part d'aide à la prospection : 96.18 %

    Fiche organisme

Informations espèce

L'Accenteur mouchet est un petit oiseau de la famille des passereaux, Il a emprunté le manteau du moineau domestique mais sa poitrine, son cou et sa tête sont de couleur gris souris. Son dos, ses ailes et la calotte striés de brun -noir. Son bec foncé est par contre très fin : c'est un insectivore, passant la plus part de son temps au sol , dans les broussailles et buissons , il est appelé communément " le traine buisson" .A la faveur d'une journée ensoleillée lors d'un hiver rigoureux, il est l'un des premiers chanteurs et c'est du haut de la cime d'un arbre où d'un genêt que l'on peut le voir se manifester.
.L’Accenteur mouchet est répandu sur toute l’Europe tempérée et nordique jusqu’en Russie et au Moyen- Orient à l’est. Estivant nicheur dans les régions les plus septentrionales, ses populations glissent vers le sud en hiver pour atteindre l’Afrique du Nord. En France, il est présent toute l’année mais ne niche pas dans les régions sous influence méditerranéenne, trop chaudes et sèches. Sur le territoire du PNC, c’est une espèce bien présente, toute l’année et partout mais avec des fluctuations spatiales et temporelles. Inféodé aux strates frutescentes et buissonnantes, c’est un oiseau furtif et discret qui habite les lisières, les sous-bois ainsi que les landes. Il se fait remarquer le plus souvent par son cri ou son chant en période de nidification, ou même avant son départ en migration prénuptiale, chant qu’il émet volontiers du haut d’un perchoir bien en évidence. Du fait de ses mœurs cachées, les données concernant sa reproduction sont rares à l’exception des chants : les premiers mâles chanteurs peuvent se manifester dès février, voire, ponctuellement, dans le courant de l’hiver mais les cantonnements s’affirment en mars et surtout en avril et mai dans les habitats d’altitude. Des couples nourrissant au nid ou des poussins juste envolés, et encore nourris, sont signalés entre les 31 mai et 21 août avec 1 mention en mai, 4 en juin, 2 en juillet et 1 en août. Ces huit données de reproduction concernent des sites entre 800 m et 1400 m d’altitude (trois en dessous de 1000 m et cinq au-dessus) mais des chanteurs sont signalés jusque sur les hauteurs de l’Aigoual et du Mont Lozère. Le chant cesse au début de juillet et l’émancipation des juvéniles comme la dispersion postnuptiale passent totalement inaperçues, les oiseaux redeviennent alors très individualistes. Dès septembre et surtout vers la mi-octobre, les secteurs de basse altitude dans les vallées et collines du Piémont Cévenol, totalement désertés en période de nidification, accueillent de nouveau des accenteurs de passage et les premiers hivernants. L’arrivée de ces hivernants et leur séjour durant la mauvaise saison sont d’ailleurs particulièrement remarqués aux mangeoires, l’Accenteur mouchet se contentant souvent, à l’écart des autres espèces, de grappiller les restes de graines abandonnés. Dans le même temps, la population locale nidificatrice a elle aussi tendance à déserter les secteurs d’altitude bien que l’Accenteur mouchet paraisse peu sensible aux aléas climatiques, même sévères. En effet, si la ressource alimentaire reste accessible, sous les buissons ou aux mangeoires, même par gros temps de neige et de froid, l’espèce peut rester présente. Dans les vallées et secteurs de basse altitude où l’espèce ne niche pas, les derniers oiseaux sont notés en avril voire jusqu’à mi-mai. La distinction entre nicheurs et non nicheurs devient alors subtile car l’espèce peut sans doute se contenter d’un sous-bois frais et humide en ubac, même à faible altitude, pour nicher, ce qui semble être le cas de quelques reproducteurs potentiels (chants en juin) dans les gorges du Tarn ou de la Jonte autour des 500 m d’altitude. Le graphe ci-dessous (réalisé à partir d’un échantillon de 1000 données aléatoires) traduit la présence altitudinale en fonction des mois de l’année, révélant ainsi les mouvements transhumants de l’espèce sur le territoire du PNC :
Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Accentor modularis occidentalis Hartert, 1910 | Motacilla modularis Linnaeus, 1758 | Prunella modularis mabbotti Harper, 1919 | Prunella modularis modularis (Linnaeus, 1758) | Prunella modularis occidentalis (Hartert, 1910)

Audio (1)


Dunnock (Prunella modularis) (W1CDR0001422 BD6).ogg

CC-BY-SA-4.0 (Wikimedia Commons)
Auteur: Ndalyrose

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles