Troglodyte mignon

Troglodytes troglodytes (Linnaeus, 1758)


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Troglodytidae Genre : Troglodytes

  • 1 255
    observations

  • 60
    communes

  • 58
    observateurs

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2020
Barraud Remy - Baty Stéphane - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Boyer Jerome - Bruc Yves - Bruce Nicolas - Buchert Julien - Bélier Laurent - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuénin Christophe - David Pierre-antoine - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Florent Lacoste - Fonderflick Jocelyn - Gautier Grégoire - Gineste Benoit - Grandadam Jimmy - Guillosson Jean-yves - Guitton Aude - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Hopkins Frantz - Jamier Myriam - Jys Michel - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lamarche Béatrice - Legros Régis - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Martin Patrice - Meynet Laurie - Molto Jerome - Moschetti Maily - Palmer Eric - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Ricau Bernard - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Sane Fabien - Sulmont Emeric - Sulmont Eymeric - Tisne Jean-michel - Vernier Rémi - Zimmerman Samuel

Informations sur l'espèce

Le Troglodyte mignon est un tout petit passereau pesant 10 g, au régime insectivore. Il à une silhouette rondouillarde avec un bec fin légèrement courbé et porte toujours sa queue dressée à la verticale.Très commun, il ne peut être confondu avec aucune autre espèce. Cet oiseau est doté d’un organe vocal puissant au vu de sa petite taille et se déplace rapidement d’un buisson à l’autre d’un vol rectiligne accompagné d’un trille nerveux. Son nom vient de son mode de nidification typique évoquant un habitat troglodyte. Le nid, petite boule garnie de mousse et de feuilles, présente un orifice latéral et est souvent placé contre un talus, mur, tronc ou arbre déraciné. Espèce ubiquiste, le Troglodyte est signalé dans tous les boisements de feuillus, résineux mixtes, y compris en ripisylve pourvu qu’il y trouve une strate buissonnante dense et humide.
Sa répartition géographique dans le Parc s’étend des vallées Cévenoles à partir de 200m d’altitude jusqu’à 1540 m sur le Mont-Lozère. Sa présence est moins signalée parmi les plantations de pins noirs d’Autriche et de pins sylvestres sur le Causse Méjean. Il est plus abondant dans les Gorges du Tarn et les Cévennes. Les premiers chants s’entendent dès janvier et s’intensifient nettement au printemps. Les observations de cette espèce concernent toutes les périodes de l’année. La nidification de l’oiseau est peu renseignée, deux observations dans la banque de données du Parc signalent des juvéniles: six poussins vus à Prades dans les Gorges du Tarn à 486 m d’altitude le 25/06/1974 et un jeune observé aux Sagnes à 1318 m sur le Mont-Lozère le 04 /08/2017. Une recherche sur sa nidification serait à approfondir sur tout le territoire du Parc National des Cévennes.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Motacilla Troglodytes Linnaeus, 1758 | Troglodytes troglodytes koenigi Schiebel, 1910 | Troglodytes troglodytes troglodytes (Linnaus, 1758)

Audio (2)


Eurasian Wren (Troglodytes troglodytes) (W1CDR0001461 BD5).ogg

CC-BY-SA-4.0 (Wikimedia Commons)
Auteur: Ndalyrose

Troglodytes troglodytes song.ogg

CC-BY-SA-3.0; GFDL (Wikimedia Commons)
Auteur: Grantus4504

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles