• 1 402
    observations

  • 31
    communes

  • 62
    observateurs

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2020
Ambroise Lucie - Barraud Remy - Baty Stéphane - Bertrand Nicolas - Bonnet Jean - Boyer Jerome - Bruce Nicolas - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Cuénin Christophe - David Pierre-antoine - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Florent Lacoste - Fonderflick Jocelyn - Franck Duguépéroux - Gineste Benoit - Grandadam Jimmy - Guillosson Jean-yves - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Hugonnet Serge - Isabelle Malafosse - Jamier Myriam - Jean Bonnet - Jean-pierre Malafosse - Julien Arnaud - Jys Michel - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lamarche Béatrice - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Marie Julien - Martin Evan - Martin Patrice - Molto Jerome - Moschetti Maily - Patrice Martin - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Portalier Johann - Quillard Valerie - Ricau Bernard - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Sane Fabien - Solier Eléonore - Sulmont Emeric - Taris Jean Paul - Tisne Jean-michel - Tremauville Y - Valerie Quillard

Informations sur l'espèce

L’Alouette des champs est un oiseau migrateur. Son plumage est de couleur brune striée de sombre. Elle à un corps rondelet, des ailes assez courtes, larges et pointues. Le dessous du corps est blanc-crème et sa poitrine lavée de fauve est striée de brun-noir. En vol on distingue les rectrices externes blanches et sur sa tête une petite touffe érectile forme une courte huppe. Sa taille frôle les 18 cm, son envergure est d’une trentaine de cm et son poids d’environ 40 g. L'Alouette des champs possède un chant caractéristique, qu’elle émet au cours d’un vol ascensionnel, pouvant durer sans relâche plusieurs minutes.
L’Alouette des champs est commune en France, à l’exception de l’Aquitaine, du Limousin, des bocages normands, de la Corse, du Sud de Midi-Pyrénées et de l’arrière pays provençal. L’espèce se plaît dans une large diversité d’habitats ouverts aussi bien en plaine qu’en altitude, sur les zones cultivées, les chaumes, les prairies, les landes et dans les pâturages. Elle est présente sur les plateaux des Causses de Sauveterre et du Méjean, autour des vallées Cévenoles, sur l’Aigoual et les pelouses du Mont-Lozère. Cette Alouette trouve là un habitat favorable pour sa nidification, et la nourriture idéale à son régime omnivore qui est constitué de coléoptères et leurs larves, d’ araignées, d’orthoptères, de mollusques ainsi que des graines de céréales et de petits fruits trouvés au sol. Sa large répartition altitudinale s’échelonne de 768 m sur le versant Sud du Lingas, à 1689 m au sommet de Finiels. Les premiers oiseaux se manifestent à la mi- février, avec un maximum de 70 individus observés le 21/02/ 2018 à 1049 m d’altitude sur le secteur de Aures (Causse Méjean). Les chants se font entendre dès la fin février, et vont en s’intensifiant au cours du printemps avec l’arrivée massive d’oiseaux en migration pré-nuptiale. On peut apprécier alors son chant intense et frénétique jusqu’à la fin juin. A la fin de l’été, on ne voit plus les Alouettes qui se dissimulent alors dans la végétation pour y muer, se regrouper par la suite pour entamer à l’automne un mouvement migratoire post-nuptial (date les plus tardives 08/10/2017 aux sources du Tarn sur le Mont-Lozère et le 08/10/2015 au Pompidou ).
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Alauda arvensis arvensis Linnaeus, 1758 | Alauda arvensis cantarella Bonaparte, 1841

Audio (2)


Eurasian Skylark (Alauda arvensis) (W1CDR0001421 BD2).ogg

CC-BY-SA-4.0 (Wikimedia Commons)
Auteur: Ndalyrose

XN Alauda arvensis.ogg

CC-BY-SA-3.0,2.5,2.0,1.0; GFDL (Wikimedia Commons)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles