Faucon crécerelle

Falco tinnunculus Linnaeus, 1758


Classe : Aves Ordre : Falconiformes Famille : Falconidae Genre : Falco

  • 538
    observations

  • 50
    communes

  • 85
    observateurs

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2020
Barraud Remy - Bernier Bernard - Bertrand Nicolas - Bonnet Jean - Boyer Jerome - Brien Yves - Bruc Yves - Bruce Nicolas - Chatellier Andréa - Chautard Michel - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Commandre Bernard - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Cuénin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dilhan Pierre - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Florent Lacoste - Fonderflick Jocelyn - Fort Clément - Franck Duguépéroux - Gaillard Bernard - Garlenc Jean-christian - Gautier Grégoire - Gineste Benoit - Grebet Pascal - Guerin Hubert - Guillosson Jean-yves - Guitton Aude - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Herrera Antoine - Isabelle Malafosse - Jamier Myriam - Jean Bonnet - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lacroix André - Lamarche Béatrice - Laniece Manon - Legros Régis - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Manche Yannick - Marie Julien - Martin Patrice - Mauvais M - Meynet Laurie - Milhau François - Molto Jerome - Moschetti Maily - Nappee Christian - Parc National Cévennes - Parchoux Franck - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Ricau Bernard - Richardier Yves - Rival Andre - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Rousset Christian - Sagnard Emmanuelle - Sarrazin Françoise - Seon Jean - Solier Eléonore - Sulmont Emeric - Tabone Laure - Taris Jean Paul - Tisne Jean-michel - Torreilles Gérard - Tournaire Armelle - Vernier Rémi

Informations sur l'espèce

Le Faucon crécerelle est un petit rapace diurne d’environ 60 centimètres d’envergure avec les « ailes en faux » comme son nom l’indique. Commun, il est souvent observé aux bords des routes ou près des villages, posé sur un fil électrique ou un poteau. Il est encore plus facilement reconnaissable quand il chasse en vol battu stationnaire avec les ailes en croix. On dit d’ailleurs qu’il fait le « Saint-Esprit ».
C’est une espèce des milieux ouverts que l’on rencontre dans tous les massifs du Parc National des Cévennes : nichant dans les falaises calcaires des gorges aux milieux des colonies de Vautour fauve, dans les villages d’altitude du Mont Lozère ou de l’Aigoual, dans des ruines ou des vieux arbres des pelouses steppiques des Causses ou encore dans des barres rocheuses schisteuses des vallées Cévenoles. Il niche même parfois au cœur des villes et des villages. Etant une espèce sédentaire, les observations concernent tous les mois de l’année. Le Faucon crécerelle commence à nicher dès le mois d’avril et les jeunes quittent le nids 2 mois plus tard (observation de 3 jeunes volants le 18 juin 2014 proche des falaises du Truel dans les gorges de la Jonte). Il peut de temps en temps se retrouver dans les serres d’un Aigle royal ou d’un Hibou grand-duc (plumes et restes de faucon crécerelle trouvés en juin 2012 près du Rozier près d’une aire de Hibou grand duc) mais la principale menace qui pèse sur le petit rapace vient de l’utilisation excessive de raticides et de souricides (type « bromadiolone »), qui se concentrent dans la chaîne alimentaire pouvant causer des problèmes de stérilité ou bien la mort directe des prédateurs comme le Faucon Crécerelle. Ces produits sont interdits en zone cœur du Parc National des Cévennes.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Cerchneis tinnunculus |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles