Géotrupe des bois (Le)

Anoplotrupes stercorosus (Scriba, 1791)

Classe : Hexapoda Ordre : Coleoptera Famille : Geotrupidae Sous-Famille : Geotrupinae Tribu : Geotrupini Genre : Anoplotrupes

  • 39
    observations

  • 12
    communes

  • 12
    observateurs

  • Première observation
    1998

  • Dernière observation
    2019
Breton François - Costes Geraldine - Dormont Laurent - Dugueperoux Franck - Fonderflick Jocelyn - Gueniot Pierre - Karczewski Gaël - Malafosse Isabelle - Nappee Christian - Pnc - Sonneville Hélène - Sulmont Emeric

Informations sur l'espèce

Sa taille peut varier entre 11 et 19 mm. Anoplotrupes stercorosus est active toute l’année, mais surtout d’avril à novembre. Espèce abondante et prédominante dans les habitats boisés, mais peut se rencontrer dans les pâturages proches des forêts ; semble être favorisée par l’absence de pâturage. Souvent observée en abondance sur les allées forestières. Ponte en juin-juillet ; hiverne au dernier stade larvaire (L3) ; nymphose en mai-juin de l’année suivante, émergence des imagos en juin-juillet. Très attirée par les champignons pourris (dans les Boletus, dans le polypore Laetiporus sulphureus, rarement dans les autres champignons, dont clitocybe) et les matières organiques à odeur soutenue ainsi que les excréments. Sur l’Aigoual elle a montré à plusieurs reprise une préférence significative pour les crottes de moutons, mais est très attirée également par les bouses de vaches, et peut être abondante dans tous types d’excréments. Cette espèce est très efficace pour faire disparaître rapidement des excréments sous nos latitudes. Elle a été rencontrée dans la zone Causses Gorges de mai à septembre, dans la zone Mont Lozère d’avril à septembre et sur l’Aigoual de mars à novembre. Dans les protocoles de capture les abondances peuvent être très disparates, les individus se trouvant agglomérés en quelques points. Des confusions sont posibles avec les espèces de Geotrupes et Sericotrupes : celles-ci sont généralement de stature plus allongée et présentent trois carènes sur les tibias postérieurs (2 + 1 carène apicale). Les Trypocopris et les Thorectes ont les élytres beaucoup plus lisses. La femelle de Typhoeus n'a pas de reflets bleus.
Répartie en Europe septentrionale et centrale ; Caucase. Elle a été introduite aux Etats-Unis. Présente dans toute la France, dans les zones fraîches et boisées. En montagne dans le Midi, exclue des garrigues calcaires et de la plaine littorale. Observée dans le PNC principalement en forêt et en lisière, aussi dans les pâturages ouverts et semi-ouverts, entre 255 et 1545 m d’altitude. Très fréquente, bien distribuée et souvent abondante dans les zones Aigoual et Mont Lozère, rarement dans la zone Causses Gorges ; répartition peu renseignée dans les Cévennes.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Geotrupes amoethysticus Mulsant, 1842 | Geotrupes juvenilis Mulsant, 1842 | Geotrupes monticola Heer, 1841 | Geotrupes nigrinus Mulsant, 1842 | Geotrupes prusicus Czwalina, 1884 | Geotrupes sylvaticus Panzer, 1798 | Scarabaeus stereorosus Scriba, 1791

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles