Aeschne bleue (L')

Aeshna cyanea (O.F. Müller, 1764)

Classe : Hexapoda Ordre : Odonata Famille : Aeshnidae Genre : Aeshna

  • 122
    observations

  • 33
    communes

  • 26
    observateurs

  • Première observation
    1991

  • Dernière observation
    2020
Anglio Grégory - Baffie Philippe - Barraud Remy - Bertrand Nicolas - Breton François - Cognet Christophe - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Descamps Régis - Descaves Bruno - Fabre Jean-marie - Fort Clément - Foubert Dominique - Garlenc Jean-christian - Henry Isabelle - Jamier Myriam - Karczewski Gaël - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Molto Jerome - Parayre Christophe - Pianalto Sylvie - Quillard Valerie - Ricau Bernard - Seon Jean - Sulmont Emeric

Informations sur l'espèce

L’Aeshne bleue est une libellule très répandue en France et L'Aeshne la plus courante. Elle compte également parmi les libellules les plus grandes avec une longueur de 80-85mm. Son nom vernaculaire, comme son nom scientifique, peuvent prêter à confusion car elle montre plus de vert que de bleu. En effet on la reconnaît principalement à la couleurs verte de son thorax traversée par une ligne noire complète et une demi ligne. Mais surtout à la fusion de la tache bleue des 2 derniers segments de l’abdomen (S9 et S10). Cette tache, bien identifiable en vol lorsqu’on y prête attention, est à priori ce qui lui a valu son nom.
L’Aeshne bleue est présente sur l’ensemble du parc des Cévennes car elle est très ubiquiste et peut se rencontrer dans toutes les eaux stagnantes de plaines ou d’altitude : lavognes, mares et bassins ombragés ou non, lacs, tourbières, ruisseaux avec vasques, mais aussi gours de cours d’eau plus importants, voir bassins artificiels. De plus la période de maturation de cette espèce est longue, ce qui explique qu'on la trouve souvent loin des points d'eau. Bien que les émergences commencent au printemps, c’est une espèce que l’on rencontre principalement en fin d’été : août-début septembre. les mâles sont territoriaux et se montrent agressifs. Ils sont très actifs et visibles de la mi-juillet jusqu’en octobre sur les crêtes et les chemins où ils chassent en vol au ras des arbres. L’Aeshne bleue est présente sur l’ensemble du parc des Cévennes car elle est très ubiquiste et peut se rencontrer dans toutes les eaux stagnantes de plaines ou d’altitude : lavognes, mares et bassins ombragés ou non, lacs, tourbières, ruisseaux avec vasques, mais aussi gours de cours d’eau plus importants, voir bassins artificiels. De plus la période de maturation de cette espèce est longue, ce qui explique qu'on la trouve souvent loin des points d'eau. Bien que les émergences commencent au printemps, c’est une espèce que l’on rencontre principalement en fin d’été : août-début septembre. les mâles sont territoriaux et se montrent agressifs. Ils sont très actifs et visibles de la mi-juillet jusqu’en octobre sur les crêtes et les chemins où ils chassent en vol au ras des arbres. L’Aeshne bleue est présente sur l’ensemble du parc des Cévennes car elle est très ubiquiste et peut se rencontrer dans toutes les eaux stagnantes de plaines ou d’altitude : lavognes, mares et bassins ombragés ou non, lacs, tourbières, ruisseaux avec vasques, mais aussi gours de cours d’eau plus importants, voir bassins artificiels. De plus la période de maturation de cette espèce est longue, ce qui explique qu'on la trouve souvent loin des points d'eau. Bien que les émergences commencent au printemps, c’est une espèce que l’on rencontre principalement en fin d’été : août-début septembre. les mâles sont territoriaux et se montrent agressifs. Ils sont très actifs et visibles de la mi-juillet jusqu’en octobre sur les crêtes et les chemins où ils chassent en vol au ras des arbres. L’Aeshne bleue est présente sur l’ensemble du parc des Cévennes car elle est très ubiquiste et peut se rencontrer dans toutes les eaux stagnantes de plaines ou d’altitude : lavognes, mares et bassins ombragés ou non, lacs, tourbières, ruisseaux avec vasques, mais aussi gours de cours d’eau plus importants, voir bassins artificiels. De plus la période de maturation de cette espèce est longue, ce qui explique qu'on la trouve souvent loin des points d'eau. Bien que les émergences commencent au printemps, c’est une espèce que l’on rencontre principalement en fin d’été : août-début septembre. les mâles sont territoriaux et se montrent agressifs. Ils sont très actifs et visibles de la mi-juillet jusqu’en octobre sur les crêtes et les chemins où ils chassent en vol au ras des arbres.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aeschna bicellulata Görtler, 1948 | Aeschna cyanea (O.F. Müller, 1764) | Aeschna cyanea bicellulata Görtler, 1948 | Aeschna maculatissima Latreille, 1805 | Aeshna bicellulata Görtler, 1948 | Libellula cyanea O.F. Müller, 1764

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles