Écureuil roux

Sciurus vulgaris Linnaeus, 1758



  • 341
    observations

  • 37
    communes

  • 57
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2021
Anglio Gregory - Argoud Philippe - Barraud Remy - Baty Stéphane - Bertrand Nicolas - Bonnel Celine - Boyer Jerome - Bruc Yves - Bruce Nicolas - Brun Olivier - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Fonderflick Jocelyn - Fort Clément - Foubert Dominique - Garnier Gilles - Gineste Benoit - Hennebaut David - Henry Isabelle - Herault Emilien - Hopkins Frantz - Hugonnet Serge - Jamier Myriam - Jendoubi Samy - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Lefebvre Siméon - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Meynet Laurie - Palmer Eric - Parchoux Franck - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Reversat Lucien - Ricau Bernard - Rival Andre - Rombaut Cyril - Sahl Amandine - Sarrazin Françoise - Selosse Lucie - Seon Jean - Sulmont Emeric - Tisne Jean-michel - Tolphin Jean-claude - Zimmerman Samuel

Informations sur l'espèce

Ce rongeur, strictement diurne et au régime préférentiellement granivore et frugivore, est bien connu de tous. C'est aussi un de nos rares mammifères sauvages à être, de nos jours, apprécié de tous pour sa simple esthétique, bien qu'il fût, en d'autres temps, consommé pour sa chair. L'Écureuil roux est présent partout où il y a un couvert arboré (forêts, bosquets, haies, parcs et jardins, ripisylves...) producteur de fruits (noisettes, amandes, pignons et baies), bourgeons et champignons dont il se nourrit, et lui offrant la possibilité de construire son nid (une boule de végétaux secs) qu'il occupe lors de son repos nocturne ou pour la mise-bas.
Il est ainsi bien présent sur tout le territoire du Parc national des Cévennes montrant cependant quelques fluctuations au fil des saisons et des années, sans doute en lien avec les productions de fruits et peut-être aussi en fonction des aléas climatiques. Malgré sa vivacité et sa grande agilité, son activité diurne le rend vulnérable sur les routes et, du fait de son comportement d'immobilisation face à un danger imminent, il paye un lourd tribut à la circulation automobile. Sur l'ensemble des données, deux pics de fréquence des contacts apparaissent : l'un pendant les mois d'hiver, peut-être en rapport avec la plus grande facilité de repérage de ses traces dans la neige, et une autre à l'automne, en lien sans doute avec une activité plus intense lorsque l'Écureuil constitue ses réserves pour l'hiver et sans doute aussi avec les jeunes de la saison qui renforcent les populations.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Sciurus alpinus | Sciurus balcanicus | Sciurus carpathicus | Sciurus croaticus | Sciurus europaeus | Sciurus fuscoater | Sciurus graeca | Sciurus italicus | Sciurus leucurus | Sciurus lilaeus | Sciurus typicus | Sciurus vulgaris hoffmanni Valverde, 1968 | Sciurus vulgaris leucourus Kerr, 1792 | Sciurus vulgaris vulgaris

Video (1)


Ecureuil roux

Auteur: Régis Descamps - Parc national des Cévennes

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles