Chargement...

  • 599
    observations

  • 51
    communes

  • 58
    observateurs
    1
    organisme

  • Première observation
    1973

  • Dernière observation
    2024
Ambroise Lucie - Barraud Remy - Bernier Bernard - Bertrand Nicolas - Bonnet Roger - Boyer Jerome - Brien Yves - Bruce Nicolas - Chatellier Andréa - Chenard Michaël - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Cuénin Christophe - David Pierre-antoine - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dissac Yann - Dugueperoux Franck - Fivel Agathe - Florent Lacoste - Fonderflick Jocelyn - Franck Duguépéroux - Garlenc Jean-christian - Garnier Gilles - Gineste Benoit - Grandadam Jimmy - Guillosson Jean-yves - Hennebaut David - Herault Emilien - Hopkins Frantz - Isabelle Malafosse - Jamier Myriam - Jean-pierre Malafosse - Karczewski Gaël - Lacoste Florent - Lamarche Béatrice - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Martin Patrice - Meynet Laurie - Molto Jerome - Moschetti Maily - Patrice Martin - Peyo D'andurain - Picq Hervé - Quillard Valerie - Ricau Bernard - Roland Jaffuel - Rombaut Cyril - Sulmont Emeric - Taris Jean Paul - Tisne Jean-michel - Valerie Quillard - Vernier Rémi
  • Parc National des Cévennes
    Participation à 584 Observations
    Part d'aide à la prospection : 97.50 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Non renseigné pour le moment
Le Pipit des arbres est un estivant nicheur sur le continent eurasiatique tempéré et nordique jusqu’au- delà de la Mongolie à l’est. C’est un migrateur au long cours qui descend hiverner en Afrique subsaharienne et dans la moitié sud du continent africain pour les populations d’Europe occidentale et en Inde pour les oiseaux orientaux. En France, il a une très vaste répartition en reproduction n’évitant que le littoral méditerranéen trop chaud et sec. Inféodé aux espaces plantés d’arbres, de type clairières, landes ou tourbières arborées, il est bien présent sur tout le territoire du PNC. Au double passage migratoire, sa présence est décelée un peu partout, le plus souvent au cri, mais la migration de printemps est peu renseignée. Sa présence comme nicheur est bien davantage rapportée car, dès leur retour, les mâles se font remarquer par leur chant et leur vol territorial en « parachute » caractéristique. Les premiers retours ont lieu en général vers le 12 avril, rarement plus tôt. Deux données datées du 14 mars, en 2012 et 2017, paraissent très précoces mais restent dans les dates nationales des avant-coureurs. Dans la deuxième quinzaine d’avril et courant mai, tandis que le flux migrant passe discrètement, les reproducteurs locaux s’installent. Les premières alarmes, trahissant la présence de nids occupés, sont 185 signalées au plus tôt le 27 mai et les adultes transportant des becquées à partir du 30 mai : 1 occurrence en mai, 7 en juin et 2 en juillet. Pour cette espèce nichant au sol, mais dans un environnement très végétal, les données de reproduction restent rares. Des juvéniles nourris hors du nid sont notés entre le 07 juin et le 27 juillet. Si les mâles chanteurs sont très actifs en mai et juin, les chants cessent progressivement dans la première décade de juillet et l’espèce devient totalement silencieuse au-delà du 20 juillet même sur les hauteurs des massifs. Notons que les quelques données de reproduction, hormis les chants, ne sont rapportées qu’au-dessus de 820 m d’altitude sur le Causse de Sauveterre et jusqu’à 1510 m sur le Mont Lozère. A l’évidence, l’espèce préfère les habitats arborés plutôt frais d’altitude et les chants, en avril plus particulièrement, à basse altitude sur le Piémont Cévenol, ne concernent vraisemblablement que des oiseaux en transit. Le départ des reproducteurs locaux et le passage postnuptial se confondent et se déroulent courant août et septembre. Les derniers contacts se situent classiquement dans la dernière décade de septembre mais des individus tardifs sont notés, certaines années, jusqu’à mi-octobre : six données durant les premiers jours de ce mois avec la date extrême du 18 octobre 2015 à Valescure (commune du Bleymard). L’espèce est ensuite totalement absente en hiver.
Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Alauda trivialis Linnaeus, 1758 |

Audio (1)


Tree Pipit (Anthus trivialis) (W1CDR0001425 BD8).ogg

CC-BY-SA-4.0 (Wikimedia Commons)
Auteur: Ndalyrose

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles