• 4
    observations

  • 2
    communes

  • 1
    observateur

  • Première observation
    2000

  • Dernière observation
    2003

Informations sur l'espèce

cette espèce mesure 9,5-13 mm et est active entre avril et octobre, mais principalement entre juillet et septembre. A la fin de l’été chaque femelle creuse sous les gros amas d’excréments de courtes galeries de 10-40 mm de profondeur au fond desquelles elle dépose ensemble 7 à 10 œufs. Les larves se dispersent ensuite dans le sol en creusant leur propre galerie (40 mm de profondeur) ; elles s’alimentent dans la bouse. Fin octobre débute une diapause larvaire au dernier stade (L3) qui s’effectue dans des cellules individuelles creusées à 60-120 mm de profondeur. Selon les conditions thermiques et stationnelles, la phase d’hivernation s’effectue au dernier stade larvaire ou à l’état d’imago. Au cours de leur phase de dispersion, les larves peuvent coloniser en masse les nids de Geotrupes spiniger creusés sous les mêmes bouses et consommer les réserves qui étaient destinées aux larves du Géotrupe. C’est une caractéristique exceptionnelle pour une espèce faisant partie des Aphodiinae, ceux-ci étant en général exclusivement « résidents » des excréments et non « fouisseurs ». Constitue une part importante des peuplements estivaux d’insectes coprophages des niveaux montagnards et alpins. Elle a été capturée en abondance entre mai et juillet sur le Mont Aigoual, avec une préférence pour les habitats boisés et les excréments de mouton ; observée également sur cette zone en septembre-octobre. Abondance inconnue dans les zones Mont Lozère et Causses Gorges, où elle a été observée en juillet-août.
Elle est présente dans toute l’Europe, du Portugal à la Laponie ; Moyen-Orient, Asie centrale, est de l’Asie, Afrique du Nord, introduite en Amérique du Nord et du Sud. Espèce eurytope que l’on rencontre du niveau de la mer jusqu’à 2400 m d’altitude en France. Dans le Sud, uniquement dans les zones de montagne ; absente du littoral méditerranéen car elle redoute la sécheresse, bien qu’elle supporte bien la chaleur. Espèce indifférente à l’ouverture du milieu à condition que le sol soit suffisamment meuble et humide, ou même saturé d’eau. Observée dans le PNC dans tous types de milieux, entre 840 et 1490 m d’altitude. Rarement observée dans la zone Causses Gorges, bien distribuée dans les zones Aigoual et Mont Lozère.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aphodius (Acrossus) rufipes | Aphodius boum Gistel, 1857 | Aphodius muticus Stephens, 1830 | Aphodius rufipes (Linnaeus, 1758) | Scarabaeus capitatus De Geer, 1774 | Scarabaeus rufipes Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles