Sinodendron cylindricum (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Coleoptera Famille : Lucanidae Sous-Famille : Syndesinae Tribu : Syndesini Genre : Sinodendron

  • 19
    observations

  • 7
    communes

  • 13
    observateurs

  • Première observation
    1999

  • Dernière observation
    2020
Boyer Jerome - Breton François - Capon Luc - Costes Geraldine - David Pierre-antoine - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Gueniot Pierre - Herault Emilien - Karczewski Gaël - Nappee Christian - Pnc - Sulmont Emeric

Informations sur l'espèce

Le Sinodendre cylindrique est un superbe coléoptère noir brillant, de la famille des Lucanidés. Comme son nom l’indique, il présente un corps entièrement tubulaire, long d’environ 1,5 cm. Les Anglais l’ont baptisé « Rhinoceros beetle » car le mâle porte entre les yeux une haute corne recourbée vers l’arrière. Chez la femelle, une amorce de petite corne est visible mais elle nécessite une observation plus méticuleuse. Attention cependant à ne pas le confondre avec d’autres coléoptères, de la famille des scarabéidés qui présentent également une corne, tel Oryctes nasicornis nommé « Rhinoceros » en français ou certains Copris.
C’est une espèce des vielles forêts de feuillus, liée au bois mort, dans lequel la larve se développera pendant deux à trois ans. La répartition des données sur le PNC met en évidence les hêtraies dans lesquelles ont eu lieu des campagnes de piégeage de coléoptères saproxyliques : forêt du Marquaires, commune de Bassurels (dix données), forêt du Bois noir et du Cougnet, commune d’Altier (huit données), forêt de l’Hort de Dieu, commune de Valleraugue (cinq données), forêt d’Orgon, commune d’Arphy (trois données) et réserve biologique intégrale de la Brèze commune de Meyrueis (deux données). Sur le territoire du Parc, toutes les observations se concentrent sur les mois de juin et juillet. On peut noter cependant deux observations tardives en août : le 31/08/2004 au Marquaires et le 27/08/2007 au Roc de la chèvre commune de Meyrueis. Rien d’étonnant toutefois, la littérature nous apprenant que larves et adultes peuvent hiverner dans une même pièce de bois mort. Les données altitudinales locales confirment le caractère sub-montagnard de cette espèce : aucune observation n’a été faite en dessous de 818 m d’altitude en revanche elle a été contactée jusqu’à 1438 m d’altitude au nord du Pic Cassini. La recherche de Sinodendron cylindricum est à poursuivre dans l’ensemble des vieilles hêtraies du Parc afin d'améliorer la connaissance sur sa répartition.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Scarabaeus cylindricus Linnaeus, 1758 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles