• 8
    observations

  • 4
    communes

  • 7
    observateurs

  • Première observation
    2016

  • Dernière observation
    2018
Boyer Jerome - Bruce Nicolas - Dugueperoux Franck - Fonderflick Jocelyn - Henry Isabelle - Lamarche Béatrice - Malafosse Isabelle

Informations sur l'espèce

Le Rat Noir (Rattus rattus), rat des greniers, rat des champs, est un rongeur commun à longue queue du genre Rattus, de la famille des Muridae. Son pelage C’est l’un des plus grands muridae ,la couleur peut varier de noir à noisette avec le dessous du corps plus clair. corps de 14-23 cm, une queue de 17-28 cm toujours plus longue que le corps et un poids de 75-230g. Le rat noir peut vivre deux à trois ans. La maturité sexuelle chez la femelle, portant dix mamelles, est atteinte à 12-16 semaines elle donne alors de trois à six portées par ans (de mi-mars à mi-novembre) de sept petits en moyenne.
Cette espèce est semi-arboricole, occupant volontiers les parties sèches et recoins sombres bien tranquilles des bâtiments, il habite les zones boisées en milieux méditerranéens ainsi que les falaises et les milieux rocheux. Il ne creuse pas de galeries. Il vit en groupes sociaux qui peuvent atteindre jusqu'à 60 individus.et défendent leur territoires. Son pic d’activité maximale a lieu deux à trois heures après le coucher du soleil, c’est une espèce nocturne. Il est omnivore, marquant une préférence pour les graines, éventuellement les fruits, mais se nourrissant aussi d'invertébrés, parfois de petits vertébrés et de charognes. L'espèce est originaire d'Asie tropicale. Elle aurait colonisé le Proche-Orient à l'époque romaine avant d'atteindre l'Europe au VIIIe siècle et de diffuser ensuite dans le monde entier en accompagnant les Européens dans leurs voyages (et avec lui notamment la peste bubonique). Aujourd’hui, il ne se maintient en abondance que dans les régions les plus chaudes, il est absent dans le nord de l’Europe en Scandinavie et au Danemark, ayant été concurrencé et supplanté par le surmulot (Rattus Norvegicus) dans les régions les plus fraîches, notamment en Europe au cours du XVIIIe siècle. Dans le Parc national des Cévennes, avec cinq apparitions dans la base de données dont deux sur le Mont Aigoual, une sur le Mont Lozère et une sur le massif Causses-Gorges, il est probablement sous représenté. Commensal de l’homme il conviendrait de le rechercher auprès des hameaux habités toute l’année.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Mus rattus Linnaeus, 1758 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles